Archives

Critique : La Vanité, rêverie de nos existences fragiles

Publié le

La Vanité de Lionel Baier – ACID 2015 Un Motel au bord de la route, à la sortie de Lausanne. Une enseigne rouge miteuse et un bar, le Hollywood, à quelques mètres. Le lieu choisi par David Miller, vieil architecte cynique et désabusé pour retrouver Esperanza, qui va l’accompagner dans son départ, choisi, par euthanasie assistée. Dans la chambre voisine, un jeune homme prostitué reçoit ses clients. Ces trois personnages aux antipodes vont se rencontrer, se connecter, s’affronter, mouvementant les desseins de David Miller… Conçu comme un huis clos et intégrant certains codes du road-movie mélancolique à la My Blueberry Nights (Wong Kar Wai), La Vanité est surtout un pur conte de Noël, où le froid et la neige rendent plus clair encore la lumière rassurante et fragile d’un intérieur. […]

Archives

Interview : Bye Bye Blondie, on a rencontré Béatrice Dalle et Virginie Despentes

Publié le

Le Festival International de Films de Femmes de Créteil a rendu hommage à l’actrice Béatrice Dalle à travers un choix personnel de films qui ont marqué sa carrière et sa vie. Parmi cette sélection, on retrouvait H Story de Nobuhiro Suwa, Night on Earth de Jim Jarmusch ou encore Trouble Every Day de Claire Denis et Bye Bye Blondie de Virginie Despentes. A cette occasion l’actrice était présente, accompagnée de l’auteure et réalisatrice Virginie Despentes actuellement à l’écriture du deuxième tome de Vernon Subutex. Les deux femmes semblent pour le moins très intimes dans la vie, une rencontre qui a sans doute permis à Béatrice de trouver en Virginie une sorte d’âme-soeur ou un « cavalier des temps modernes ».

Archives

Critique : Les règles du jeu, le travail c’est la santé

Publié le

Ils ont entre 18 et 21 ans, vivent à Roubaix et n’ont pas de diplômes. Lolita, Kevin, Ahmid et Thierry ont signé un contrat d’autonomie créé par l’état, qui, grâce à un accompagnement personnalisé à long terme, devrait leur permettre de trouver du travail. En posant leurs caméras dans un cabinet de placement, Claudine Bories et Patrice Chagnard dressent, loin des stéréotypes, un portrait subtil de l’univers de l’emploi et de ses vicissitudes. Le film repose sur une dichotomie entre les coachs et les coachés. Deux générations, deux niveaux de langage, deux milieux sociaux… Pourtant la condescendance n’a jamais sa place dans ce huis clos privilégiant les dialogues et les plans serrés. Et c’est une véritable métamorphose que les potentiels employeurs attendent de ces jeunes chômeurs.  Alternent ainsi les séquences […]