Archives

Critique : A la folie, l’amour comme remède à l’aliénation

Publié le

Dans son nouveau film A la folie, Wang Bing semble au premier abord nous introduire dans une prison, matérialisée par un haut bâtiment construit autour d’une cour carrée, où le seul espace dans lequel peuvent se déplacer les protagonistes est une longue coursive grillagée. Pourtant, nous pénétrons dans un hôpital psychiatrique du sud-ouest de la Chine (Yunnan), dans l’univers de patients jugés fous que Wang Bing après maintes demandes a pu filmer durant 2 mois et demi. Tout au long de ce film de 3 h 50, ces êtres deshumanisés par leur internement sont désignés par leur nom que l’on oublie vite, et surtout par le nombre d’années passées dans cet hôpital. On imagine donc à la vue de ce long-métrage leur quotidien, la répétition constante des mêmes faits, et […]