Archives

Critique : Mediterranea, de la difficulté d’être un Homme

Publié le

Mediterranea de Jonas Carpignano – 54e Semaine de la critique Jonas Carpignano a présenté lors de cette 54ème édition de la Semaine de la critique de Cannes son dernier film : Mediterranea. Une immersion émouvante et franche dans les illusions et les déboires de deux hommes qui décident de quitter l’Afrique pour le continent Européen. Pressé d’offrir une vie meilleure à sa fille, Ayviva quitte le Burkina Faso pour l’Italie de manière clandestine en amenant avec lui son meilleur ami Abas. Très vite les choses se gâtent et les différences de cultures se font ressentir : travail au noir, lieu de vie insalubre et maltraitances, tels sont les thèmes abordés par le réalisateur qui démontre que l’Occident n’est pas forcément une terre d’accueil propice à une reconstruction humaine. Carpignano traite de […]

Archives

Critique : Green Room, des pogos aux émotions

Publié le

Green Room de Jeremy Saulnier – Quinzaine des réalisateurs 2015 Présenté en avant-première lors de la Quinzaine des Réalisateurs, Green Room est un film classé d’horreur par l’industrie cinématographique mais considéré de guerre par son réalisateur, Jeremy Saulnier. Le cinéaste plonge très vite le spectateur dans un univers bien particulier bien que les premières minutes du film soient trompeuses et annonciatrices de tout autre chose. En effet, le groupe de Hard Rock Ain’t Rights est en mal de concerts, de pogos, de bières, bref en manque d’adrénaline et le prologue du film ne prévoit pas du tout une telle descente aux enfers. On s’attend en effet à un road-movie de pure souche. Une date qui s’annule en début de film va très vite les mener vers un tragique destin dont […]

Archives

Critique : Sarah préfère la course, je cours donc je suis

Publié le

Présenté aux côtés de Claire Denis ou encore Alain Guiraudie dans la sélection cannoise « Un Certain Regard » il y a maintenant un an, ce n’est qu’au printemps 2014 que le premier long-métrage de Chloé Robichaud voit l’ombre des salles françaises. Sarah Préfère La Course présente un peu ces « symptômes de premier film », à savoir cette dimension semi-autobiographique ajoutée à diverses obsessions formelles parfois maladroites. Mais l’obsession de Chloé Robichaud n’est peut-être pas juste celle d’une étudiante fraîchement diplômée, ce serait plutôt celle d’une jeune réalisatrice qui aurait trouvé son langage à elle, sa façon de montrer et transmettre des émotions propres à un personnage à la fois opaque et complexe. C’est bien ça qui est à l’origine d’une réelle efficacité dans ce film, des plans pré-dessinés au millimètre et une […]

Archives

Critique : Godard fait ses Adieu(x) au langage pour un exil cinématographique

Publié le

C’était en 1940, un jeune garçon âgé d’une dizaine d’années, traverse la France occupée par les nazis pour gagner la Suisse. C’était en 1952, ce jeune garçon est désormais un jeune homme et surtout un électron libre qui ne s’empêche pas de dire ce qu’il pense. Avec une bande de copains, ils posent dans des Cahiers leur réflexion et parfois leurs doutes sur ce qu’est le cinéma ou mieux : ce qui est leur cinéma. C’était en 1960, ce jeune homme maintenant tout juste trentenaire réalise le film le plus emblématique d’un nouvel air cinématographique et fait ainsi comprendre à tout le monde qu’il n’a pas raté la Vague. C’est en 2014, ce trentenaire alors âgé de 83 ans nous dit Adieu au langage et nous laisse à voir tout un […]

Archives

Critique : Welcome to New York, beaucoup de communication pour trop d’acharnement

Publié le

Welcome to New York était attendu presque depuis l’annonce de son tournage par Abel Ferrara – et surtout les médias – alors que le monde était encore plongé en plein cœur de l’affaire DSK. Les dernières annonces, et surtout les polémiques, ne desservent pas le film et le retour de Gérard Depardieu suscite autant d’intérêt aux yeux de ses admirateurs comme de ses détracteurs. En bref, cette annonce à Cannes, finalement avortée pour une sortie officielle uniquement en VOD prend des allures de minutieuse stratégie de communication qui a su nous tenir en haleine jusqu’au dernier moment.     Fin de remise en contexte, entrons dans le vif du sujet. Ferrara prétend donc élucider à travers son film l’affaire DSK, c’est du moins ce que l’on comprend, son arme de […]