Archives

Critique : Pauline s’arrache, récit d’une familière étrangeté

Publié le

À l’origine dessinatrice, Émilie Brisavoine ne pensait pas aller à Cannes au printemps dernier avec une casquette de cinéaste, et encore moins pour y montrer sa drôle de famille. C’est pourtant le sort qu’ont connu des images tournées au hasard, sans but, si ce n’est l’expérience pour elle-même, plus que pour une famille. Après tout, c’est déjà bien, se demander qu’est-ce que filmer, ce que cela implique pour soi et pour ses sujets … Alors pourquoi ce film se retrouve-t-il en salle après un passage remarqué à L’Acid lors de la bien connue Quinzaine ? Il est franchement légitime de se poser la question, d’une part car le film interroge en plusieurs points (certains devant plutôt en faire sa force) et, surtout, parce qu’il ne nous laisse pas de véritable trace. Pauline s’arrache est […]

Archives

Critique : La Vanité, rêverie de nos existences fragiles

Publié le

La Vanité de Lionel Baier – ACID 2015 Un Motel au bord de la route, à la sortie de Lausanne. Une enseigne rouge miteuse et un bar, le Hollywood, à quelques mètres. Le lieu choisi par David Miller, vieil architecte cynique et désabusé pour retrouver Esperanza, qui va l’accompagner dans son départ, choisi, par euthanasie assistée. Dans la chambre voisine, un jeune homme prostitué reçoit ses clients. Ces trois personnages aux antipodes vont se rencontrer, se connecter, s’affronter, mouvementant les desseins de David Miller… Conçu comme un huis clos et intégrant certains codes du road-movie mélancolique à la My Blueberry Nights (Wong Kar Wai), La Vanité est surtout un pur conte de Noël, où le froid et la neige rendent plus clair encore la lumière rassurante et fragile d’un intérieur. […]

Archives

Critique : De l’ombre il y a, sublime plongée dans l’horreur ordinaire

Publié le

De l’ombre il y a de Nathan Nicholovitch – ACID 2015 De l’ombre il y a de Nathan Nicholovitch est un film exceptionnel. Exceptionnel par ce qu’il ose ce qu’il montre. Son hyper réalisme en fait un objet unique, une sorte d’ovni qui ne laisse aucune place à la concession et dont les enjeux dépassent la simple narration. Celle-ci, articulée sans artifice aucun, évite tous les pièges d’une dramaturgie consensuelle et tire-larme. Mirinda est un travesti français de 45 ans qui se prostitue à Phom Penh au Cambodge. Confronté à l’horreur quotidienne des bas-fonds (drogue, trafic d’êtres humains), sa rencontre avec une fillette issue du trafic d’enfants va venir bouleverser son ordinaire sordide et éveiller sa conscience d’une paternité. Inutile d’en dire plus à ce stade. Porté par une mise […]

Archives

Critique : Le Challat de Tunis, entre mythe et réalité

Publié le

Le Challat de Tunis est le premier long métrage de la cinéaste Kaouther Ben Hania. C’est un « documenteur » (documentaire fictionnel) dans lequel la réalisatrice se met en scène à la recherche du Challat de Tunis, un homme qui balafrait les femmes en 2003, en passant près d’elles à moto. Le film a été sélectionné dans de nombreux festivals, dont la section ACID du Festival de Cannes 2014, et le Festival International de Films de Femmes de Créteil. Avec ce film, Kaouther Ben Hania dénonce la condition des femmes dans un pays où la religion a encore le dernier mot. Des scènes et des propos choquent le spectateur, le mettent mal à l’aise, tant le respect des femmes est inexistant. Le Challat, figure mythologique et fantasmagorique de Tunis, symbole de valeurs […]

Archives

Critique : C’est eux les chiens, le réveil inattendu d’un homme au coeur du printemps arabe

Publié le

Lorsque Hicham Lasri cite Churchill en disant qu’ «un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre», il qualifie l’importance du protagoniste, le matricule 404, comme symbole de cette société fragile. Cet homme sortant de prison suite aux émeutes du pain en 1981, se retrouve dans un semblable déchainement de la population durant le printemps arabe. La beauté de ce film réside selon moi dans la subtile alliance des histoires parallèles. En effet, le protagoniste n’ayant pas de passé actif durant ces trente dernières années, on se contente donc des disputes entre un journaliste carriériste et sa femme qui s’émancipe doucement. Ce couple parvient à nous faire oublier le contexte principal du film, le soulèvement de la population, grâce à leurs conversations téléphoniques. Le personnage tragique, par ses […]