Archives

Placard : Les Ensorcelés, chronique d’un Hollywood sans pitié

Publié le

Considéré par beaucoup comme le plus abouti des films de Vincente Minnelli (récompensé par six Oscars), Les Ensorcelés, c’est avant tout une satire d’Hollywood. Entre amitié, égoïsme, trahison, déchéance et illusion, le réalisateur brosse un portrait tendre et caustique de l’usine à rêve. Dans l’Amérique du début des années 50, Jonathan Shields (Kirk Douglas), producteur déchu et maudit, tente de reprendre contact avec trois de ses anciennes relations : une star, un réalisateur reconnu et un écrivain récemment couronné d’un Pulitzer. C’est à travers ces trois regards que Minnelli nous raconte l’histoire de Shields, de ses prémisses à sa décadence en passant par sa carrière fructueuse. Trois flashbacks, tous construits de la même manière, dépeignent la vie de celui qui les a détruit tout en leur apportant la gloire. Premier […]