Archives

Critique : The Selfish Giant, un poème grisâtre sorti des midlands

Publié le

Si on prend des raccourcis, on peut rapprocher Clio Barnard de « l’école » Ken Loach. Mais là, ça sent davantage le Yorkshire et surtout moins là TV. Sans parler non plus d’héritage direct du grandissime Free Cinema de Tony Richardson ou Karel Reisz, ou de truc « à la This is England » juste parce qu’on est en Angleterre et pas à Londres, il faut bien avouer que depuis notre fauteuil, on sent cette odeur de terrain de football gras, mêlée à celle de bière brune qui imprègne votre Barbour depuis dimanche dernier. Le film nous transporte, mais il nous fait également ressentir un brin de frustration. On aurait apprécié davantage d’audace chez la jeune réalisatrice, surtout d’un point de vue purement esthétique, en sachant que son œuvre est inspirée du récit du […]

Archives

Vidéo : 14 millions de cris,le court-métrage choc contre le mariage forcé

Publié le

Ce petit film d’environ quatre minutes transpose dans notre monde occidental, et plus particulièrement français, un problème émanant d’ailleurs, un problème que l’on ne côtoie pas, celui du mariage forcé. C’est l’atout majeur de ce court-métrage signé Lisa Azuelos, tout est dans les quelques lignes qui construisent le générique final : « 14 millions de cris par ans, personne pour les entendre, les petites filles ne sont pas des femmes ». C’est peut-être là le signe d’une faiblesse du court-métrage, c’est-à-dire son aspect trop didactique, trop frontal. Le manque de subtilité du message perd peu à peu la force du propos visé, d’autant plus qu’il a été réalisé dans le cadre de la journée de la femme, ce qui a malheureusement tendance à le rendre simplement ponctuel. En l’état, et c’est pour […]

Archives

Critique : Only Lovers Left Alive, la nostalgie a goût de sang

Publié le

Par Nicolas Bussereau et Charlie Briand Un disque. Adam. Ève. L’art. Même si aujourd’hui ces notions tendent à disparaître, Jarmusch, à travers sa nostalgie créatrice, les vampirise deux courtes heures, le temps d’une quête d’espoir, le temps d’un voyage de Détroit à Tanger, d’une composition, d’une révélation. Cette fois, le voyage n’est pas initiatique, mais il conserve sa vanité, peut-être plus explicitement qu’auparavant, puisque ceux qui nous promènent sont des vampires, côtoyant les fantômes de notre Histoire. Tout le film est bouleversé par ce désir inassouvi d’un savoir absolu, dont on s’éloigne au fur et à mesure de l’enrichissement de nos connaissances, jusqu’à la vue de l’inévitable crâne humain, dans la grotte de Christopher Marlowe qu’est l’arrière-boutique du salon de thé marocain. Allant chercher son breuvage salvateur, Adam en docteur […]

Archives

Vidéo : Wes Anderson Centered, la vidéo qui montre à quel point Wes Anderson est obsédé par la symétrie

Publié le

Sur une musique d’Alexandre Desplat, le rythme de cette vidéo tient en une chose : la symétrie dont fait preuve Wes Anderson dans son cadrage. Du plan large au plan serré, objets de décors, personnages ou paysages : tout passe à ce millimétrage obsessionnel.  On connait sa maniaquerie pour la régularité linéaire, flagrante dans des courts-métrages ou des pubs qu’il a réalisé notamment pour Stella Artois ou  American Express. Ce condensé d’un peu plus de deux minutes en est une preuve supplémentaire, reprenant animations et autres longs-métrages du réalisateur. Outre son obsession pour la symétrie, Wes Anderson est également très soucieux de la couleur. Le cinéaste compose ses cadres comme de vrais tableaux, ce qui élargit cette préoccupation à la mise en scène en général. À la manière d’un peintre […]

Archives

Édito du 2 avril 2014

Publié le

Durant cet hiver glaciale et mortifère, il était un lieu de refuge qui nous était commun à tous, cinéphiles ou spectateurs occasionnels : les salles obscures. Alors que les premiers rayons apparaissent timidement, il en est un bien plus atypique qui émerge d’une pensée commune. Un rayon, une lumière qui peut être tout à la fois éternelle ou éphémère, lumineuse ou ténébreuse, intense ou infime. Comme un voyage qui démarre, cette nouvelle aventure peut s’arrêter à tout moment ou peut survivre, vivre même, grandir et évoluer au fur et à mesure du crédit que l’on veut bien lui accorder. Ainsi naît aujourd’hui une énième sphère critique mais avant tout cinéphile, qui se veut à l’inverse des autres, un regard et une réflexion commune et inédite. Cette aventure, portée par l’élan […]