Thèmes
Publié le

J’avais hâte de voir à quoi elle allait ressembler…

Thèmes

SOUVENIRS TROMPEURS, RÉALITÉS MULTIPLES

Publié le

Les lumières réapparaissent, la salle s’éclaircit. Des spectateurs commencent à se lever. Chuchotements, premiers commentaires à vif. Marchant en silence vers la sortie, tu suis le mouvement. Te voilà dehors maintenant, devant l’entrée, sur le trottoir. Le froid de l’hiver te saisit. L’atmosphère de la ville t’aide à remettre les pieds sur terre, à te reconnecter à la réalité. Tu te dis que tout cela n’était que des images, une belle invention de l’esprit, un monde fictif. Les personnages n’existent plus que dans tes souvenirs maintenant. La parenthèse est fermée. Tu peux y penser, en discuter, mais ce monde ne t’appartient pas. Il envahit soudainement tes yeux, tes émotions, ton corps puis te rejette aussitôt. La parenthèse est fermée. Tu t’enfonces dans les rues obscures de la ville pour rentrer […]

Archives

Critique : Maestà, la Passion du christ, donner vie à la peinture

Publié le

Pourquoi ce sont toujours les films les plus innovants et expérimentaux dont on parle le moins ? Maestà, la Passion du Christ, sorti le 18 décembre, est un film qui a fait peu parler de lui et que l’on retrouve dans un (trop) petit nombre de salles en ce moment, et pourtant, nous avons là une véritable prouesse artistique d’Andy Guérif ! Le film naît d’un projet fou : donner vie à La Maestà, le tableau de Duccio, commandé en 1308 pour le dôme de la cathédrale de Sienne, une Madone en majesté avec des saints et, à son revers, une série de vingt-six tableaux relatant la Passion du Christ. Sous la forme d’un plan fixe d’environ une heure, ce film expérimental propose un nouveau parcours du regard. Fidèle à la complexité du […]

Archives

Critique : Quand je ne dors pas, un esprit agité dans une ville endormie

Publié le

Le 30 septembre prochain nous aurons le plaisir d’avoir sur nos écrans le nouveau film de Tommy Weber, Quand je ne dors pas, récit poétique et comique de l’errance nocturne d’un jeune homme dans les rues de Paris… L’histoire commence par une envie spontanée de fuite, de départ, de voyage : Antoine, vingt ans et quelques années, s’adresse au guichet de la gare Saint Lazare pour trouver le prochain train à destination de la mer. Le film est lancé. Observateurs silencieux, nous voilà embarqués dans les déambulations, hésitations et tentations d’un personnage en plein éveil. Contrairement à ce qu’il peut prétendre, Antoine, intelligemment interprété par Aurélien Gabrielli, n’a pas le style d’un médecin, ni d’un astronaute, d’un dragueur ou encore d’un dealer d’herbe. Non, à l’écran, on devine plutôt le visage […]