Thèmes

OLD BOY, DÉCONSTRUCTION DU PASSÉ

Comme tout spectateur, lorsqu’un film arrive à m’atteindre, que je suis en pleine adéquation avec ce que l’un ou plusieurs des personnages vivent, une magie se met en place : l’identification. Et c’est à partir de ce processus qui opère si le film a cet impact de miroir sur celui qui le regarde, que j’ai décidé de traiter le thème du mois : le souvenir. Et avec un exemple plus concret, Old Boy,   du cinéaste Sud-Coréen Park Chan-Wook.

Si j’ai choisi ce film, c’est parce que j’ai aimé la descente aux enfers de tous les personnages et la manière dont ils se révèlent au fur et à mesure que leur passé les rattrape. Il est possible que l’on voit là une perversion de ma part, mais il n’en est rien, nous sommes au cinéma.

Au-delà d’une narration subtilement orchestrée par le réalisateur, ce qui m’a poussé à choisir ce film, c’est l’empathie absolue que j’ai pour le personnage d’Oh Dae-Su. Cet homme, emprisonné pendant 15 ans par un inconnu qui cherche à se venger et qui croit renaitre une fois libéré de sa cage. Toutes les épreuves qu’il subit pendant 2h font que je me suis attaché à ce personnage à 200% car une question m’est restée en tête après l’avoir vu : « Et toi Ludovic, comment aurais-tu réagi s’il t’était arrivé le même sort ? »

tumblr inline oiaawmUXLN1ub15f3 540 OLD BOY, DÉCONSTRUCTION DU PASSÉ

Oui, cette question m’est restée en tête. Et je me la pose pour tous les personnages. Comment j’aurais réagi à la place de chacun d’eux ?

Leurs souvenirs sont communs mais ils ne le savent pas tout de suite. Tout n’est que manipulation, elle est au service de la narration. Les personnages sont les pantins du réalisateur et les personnages des pantins entre eux. Supporterais-je de voir ma vie manipulée par une personne dont j’avais oublié l’identité ?

Oh Dae Su est enfermé pendant 15 ans dans une espèce de chambre sans comprendre pourquoi, ne voit personne et les seuls contacts qu’il a avec autrui sont les visites quotidiennes de ses gourous qui le changent juste après l’avoir gazé pour l’endormir. Les premières minutes du film nous décrivent une folie naissante et qui n’a de cesse de grandir. Cette décadence de l’esprit accompagnée d’une claustrophobie aggravée ne peut que nous mettre à la place de ce pauvre Dae-Su qui ne sait ni par qui il a été enfermé là, ni pourquoi.

tumblr inline oiaax1A6Is1ub15f3 540 OLD BOY, DÉCONSTRUCTION DU PASSÉ

Pourquoi, pourquoi, pourquoi ? C’est bien cet interrogatif qui revient tout au long du film puisque de vengeance en vengeance, on en apprend toujours plus sur la vie des personnages et sur ce qui les entoure. Ils sont tous reliés par un point de départ qu’on ne nous dévoile qu’au trois quart du film.

Alors je suis là, face à mon écran, n’ayant de cesse de me questionner sur le passé d’Oh Dae Su et de son tyran-libérateur Lee Woo-jin, qui continuera à le torturer après avoir fait de lui un homme libre.

Il fut éprouvant d’aller au bout du film, non par la dureté des scènes, qui, malgré quelques dents arrachées par-ci par là et des genoux brisés, restent assez regardables mais bien parce qu’il faut une certaine force d’esprit que possède le personnage de Dae Su pour encaisser tout ce qu’il apprend.

Femme assassinée, fille disparue, tout remonte et à quel prix ? Serais-je prêt, moi, simple spectateur de cinéma à supporter tout cela si en sortant de ma séance, ma vie basculait ainsi ? Serais-je assez fort pour voir disparaître tout ce que j’ai bâti sans savoir ce qu’il va en advenir ? Serais-je assez courageux pour ne pas me laisser mourir et laisser le désespoir l’emporter ?

Old Boy ne se présente à mes yeux pas comme une simple fiction puisque le point de départ de toute cette folie est un souvenir de jeunesse oublié par certains et qui a forgé la vie des autres. Comme quelque chose qui vous hante, un souvenir ineffaçable. Old Boy est pour moi un objet de réflexion à plusieurs couches, un pêle-mêle d’histoires et de mémoires qui s’entrechoquent pour tenter de faire remonter en surface une souffrance abominable.

tumblr inline oiaaxiq6YO1ub15f3 540 OLD BOY, DÉCONSTRUCTION DU PASSÉ

Chan-Wook, en prologue, nous montre le Dae-Su d’avant enfermement : un père de famille alcoolique mais joyeux, vivant, qui pense à l’anniversaire de sa fille.

Vous vous apprêtez à passer une soirée paisible, quand tout à coup votre vie est finie. Pourquoi ? Parce que vous avez oublié. Oublié que quand on est jeune on peut être stupide. Oublié que des actes ne peuvent jamais vraiment s’envoler.

Oublié qu’il n’a pas oublié et que quelqu’un, quelque part, va vous le rappeler à votre bon souvenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *