Rédacteur - Olivia Schmoll

Sur la terrasse de sa chambre hôtel de Tel Aviv, avec vue sur la mer, Michel Franco relit son nouveau scénario. De son premier jet, 70 pages sont cohérentes. Encore 30 pages et il aura bouclé la première version de son prochain long-métrage.

A 36 ans, Michel Franco a déjà remporté deux prix à Cannes. En 2012, Después de Lucía a été récompensé par le prix Un certain regard. Cette année, le scénariste mexicain a reçu le prix du Scénario pour Chronic, avec Tim Roth dans le rôle principal.

Scénariste, réalisateur, producteur, sur un même tournage Michel Franco occupe tous les postes. « J’ai commencé à tout faire moi-même parce que je ne savais pas qu’il y avait différentes professions », explique-t-il. Michel Franco s’est en effet formé sur le tas. A 18 ans, il choisit le domaine de la communication, pensant que le cinéma était inaccessible. Il abandonne à la fin de la première année, pour se consacrer à sa passion : le 7e art. Pulp Fiction, de Quentin Tarantino et les films de Luis Buñuel l’ont convaincu de faire ce métier.

Après deux mois de workshop, il se forme seul, aux techniques de la réalisation, ne quitte plus sa caméra et réalise de nombreux courts métrages. Pour se perfectionner, il lit avec attention les commentaires des films sur les dvd.

Il écrit ses scénarios, les filme, envoie le résultat à des festivals. « Je réalise alors que je ne suis pas plus mauvais que les autres ». Il s’inspire de la vie quotidienne, cherche toujours de nouvelles idées : « Il faut être actif pour trouver l’inspiration. J’ai toujours trois idées dans la tête pour être sûr qu’au moins une ait la chance d’aboutir. Je sais toujours quel sera le sujet de mon prochain film. Je pense deux ans à l’avance ». Un an après son dernier film, il est déjà en train d’écrire son nouveau scénario.

actualite michel franco en immersion avec un scenariste multi recompense 11 Actualité : Michel Franco, en immersion avec un scénariste multi récompensé

© Olivia Schmoll pour Nouvel Écran

Sa propre méthode

Michel Franco pense pendant plusieurs mois à son scénario avant de commencer à rédiger. À partir du moment où il s’y met, environ quatre mois sont nécessaires pour produire une première vraie bonne version. « Au début, je note toutes les possibilités, je m’autorise à tout envisager ». Au fur et à mesure, il élague. Il écrit tout ce que va être tourné. « Ce qui fait un bon scénario : dire beaucoup avec peu ». Michel Franco ne s’embarrasse pas de fioritures. Tant dans l’écriture, que dans la réalisation, il va directement à l’essentiel. Dans un document word, on trouve le synopsis. Dans un autre, le scénario, minuté séquence par séquence. Dans un troisième, quelques détails sur les personnages. Enfin, dans un dernier document, les éléments qui fonctionnent et ceux, au contraire, qui ne conviennent plus. Il écrit d’abord sans dialogues, avant de les ajouter après une première lecture. Quatre à cinq réécritures seront nécessaires, « au delà, il y a un vrai problème dans le scénario ». Une fois cette première version effectuée, il la donne pour lecture à sa sœur, co-directrice de son dernier film, et des amis dans le milieu.

Pour Michel Franco, la difficulté première dans l’écriture d’un scénario est d’ « écrire quelque chose d’original, qui n’a pas encore été fait, et d’éviter les clichés. Les meilleurs directeurs recherchent sans cesse, se posent des questions. Les médiocres font toujours la même chose ». Le scénariste porte une attention tout particulière à la fin de ses films: « elle définit tout le scénario ». S’il demande parfois conseil, il la choisit lui-même. Parfois, elle s’impose directement, comme dans Después de Lucía, d’autres fois, elle demande davantage de réflexion.

Si Michel Franco connaît désormais une certaine notoriété, il continue à écrire et réaliser lui-même ses films. Un compliment qu’il aime entendre au sujet de ses films : que les spectateurs lui disent que, longtemps après avoir vu son film, ils y pensent encore. Au contraire, n’allez pas lui dire que son film est « dur à regarder ».

Son dernier long métrage, Chronic sortira sur les écrans français le 22 mai prochain.