Rédacteur - Alexis Pommier

Fort de sens, avec des images qui parlent d’elles-mêmes, Jia Zhangke se pose une nouvelle fois en témoin de l’évolution de son pays et lève le voile sur les tabous d’une société qui marche à mille à l’heure.

Alors qu’il préparait son dernier film Mountains May Depart, le réalisateur avait tourné un court-métrage, Smog, pour Greenpeace sur la pollution de l’air en Chine. L’un des nombreux sujets de son dernier film d’ailleurs, Jia Zhangke révèle au Grand jour le fonctionnement d’une société qui ne maîtrise plus son évolution, ni son rapport aux énergies et le manque d’alternatives durables et écologiques.