Rédacteur - Léa Auger

Deniz Gamse Erguven, réalisatrice turque, signe son premier long métrage Mustang, récompensé par la Quinzaine des Réalisateurs 2015 avec le Label Europa Cinemas. Un film bouleversant sur la jeunesse, où se mêlent drame et joie de vivre.

En sortant de l’école, Lale et ses quatre sœurs jouent innocemment sur la plage avec des garçons. De retour chez elles, leur grand-mère les dispute violement pour leur comportement, jugé scandaleux par la famille et le village. La maison se transforme alors en prison, où les cinq filles sont enfermées, à l’abri des regards et des tentations.

Le synopsis de Mustang est très proche de Virgin Suicide, de Sofia Coppola, qui racontait également l’histoire de cinq sœurs enfermées par leurs parents à cause d’un comportement jugé vulgaire. On retrouve dans Mustang la même esthétique lyrique et nostalgique, qui sublime la beauté des jeunes filles et traduit leur soif d’aventure de manière déconcertante. Les cinq actrices incarnent parfaitement leur personnage, transcendant l’écran par leur légèreté et leur talent. Ce jeu volage des actrices marque d’ailleurs un décalage avec le caractère dramatique du récit, et met en avant une réflexion sur la liberté.

mustang liberte egalite sororite 1 Critique : Mustang, liberté, égalité, sororité

A travers ce thème universel, le film traduit d’une part un état de la jeunesse, qui se caractérise par une recherche d’expériences nouvelles et une grande imagination – car limitées par les moyens qui leur sont donnés, les cinq sœurs font preuve d’inventivité pour s’amuser. D’autre part, et au-delà d’un film sur l’adolescence en général, il s’agit d’un film sur l’adolescence en Turquie, où le poids des traditions écrase la jeunesse et ses idéaux. Le film traduit parfaitement cette dimension socio-culturelle, en jouant sur le caractère éphémère des moments de bonheur des jeunes filles, car il entrelace des scènes d’épanouissement avec des scènes dramatiques de frustration (sentiment transmis au spectateur). Toute action a une conséquence : les filles sont battues pour avoir joué sur la plage ; enfermées pour s’être enfuie ; emmenées à l’hôpital pour faire un test de virginité parce que des rumeurs circulent, etc. Leurs désirs, leurs mouvements et leur corps ne leur appartiennent plus. Elles sont des objets, au service de traditions archaïque et misogyne, où règne une grande perversité.

Mustang est donc un film très engagé pour la cause de jeunes femmes qui sont privées de liberté sur leur corps et leur esprit. Ce drame est admirablement sublimé par la beauté des décors, ainsi qu’une mise en scène fluide et proche des personnages. Le Label Europa Cinemas est amplement mérité pour ce film moderne, drôle et déchirant.