Rédacteur - Maurine Attouche

C’est Matthew Vaughn, réalisateur d’X-Men Le Commencement, du premier Kick Ass, et producteur de l’hilarant Snatch qui offre à 2015 l’un de ses premiers Blockbuster. Le réalisateur qui signe ici son 5e film, récidive dans l’adaptation de bande-dessinée reprenant une fois de plus l’un des romans graphiques de Mark Millar.


Comédie d’espionnage complètement loufoque, Kingsman propose un casting impressionnant. Y figurent Michael Caine, Colin Firth et Samuel L. Jackson.

Bourré d’effets spéciaux peu convaincants, de gadgets farfelus, de répliques absurdes et de décors kitchissimes, le film pourrait ne pas convaincre les spectateurs les plus réticents. Ceux qui, en revanche, ne sont pas foncièrement opposés à l’idée d’un James Bond surfait et d’une intrigue plus ou moins déjà vue, apprécieront sûrement l’hommage de Vaughn à l’espion légendaire.

En effet, campant le fantasme anglais dans toute sa splendeur, Galahaad (Colin Firth) et des collègues Merlins et Lancelot abusent des gadgets sophististiqués, des passages secrets et des costumes sur mesure. Tandis que Samuel L. Jackson, en baskets et casquette à l’envers rappelle étrangement l’ultra-matérialisme et la folie des grandeurs américaine.

kingsman services secrets fantasme britannique 1 Critique : Kingsman Services Secrets, fantasme britannique

C’est donc un affrontement entre deux cultures et façons de faire complètement différentes qui est mis en scène dans cette quasi-parodie.

C’est sûrement faire un trop grand honneur à Kingsman que de le dire héritier de Tarantino, puisqu’il n’a de ce dernier ni la finesse de dialogue, ni l’originalité scénaristique. Le filmarrow 10x10 Critique : Kingsman Services Secrets, fantasme britannique est également bien trop manichéen et bien-pensant pour être comparé à l’œuvre du réalisateur de Kill Bill et Pulp Fiction, entre autre.

Presque toutes les répliques du film ont des allures de one-liners, parfois au point de sonner surfaites, mais lorsque l’on craint que l’amoncellement de clichés n’alourdisse l’intrigue, le film sait rebondir et surprendre, transgresser les codes sur lesquels il semble pourtant se fonder.

kingsman services secrets fantasme britannique 2 Critique : Kingsman Services Secrets, fantasme britannique

Des codes d’ailleurs questionnés en meta par Vaughn au travers de ses personnages. « Les filmsarrow 10x10 Critique : Kingsman Services Secrets, fantasme britannique d’espions sont devenus trop sérieux » affirme l’un d’entre eux.

Samuel L. Jackson n’a jamais été aussi drôle et Colin Firth, dans son premier film d’action ici, n’a jamais semblé aussi cool, enchaînant les scènes de combat parfaitement chorégraphiées avec une aisance que l’on ne lui soupçonnait pas.

Finalement le point faible de cette grosse production réside sûrement dans le choix de l’acteur principal, le débutant Taron Egerton, qui manque cruellement de charisme et dont le personnage fade, peu mémorable et sous-développé peine à paraître sympathique.

kingsman services secrets fantasme britannique 3 Critique : Kingsman Services Secrets, fantasme britannique

Le dernier film de Matthew Vaughn est un énorme délire jouissif, un fantasme de gamin ludique et coloré, un bonbon pop qui vaut le coup d’être vu, à condition qu’on veuille bien se laisser prendre au jeu. Kingsman : services secrets est un film d’action qui ne se prend pas au sérieux et qui ne s’en excuse pas.