Rédacteur - Ludovic Sprengnether

Sur une musique d’Alexandre Desplat, le rythme de cette vidéo tient en une chose : la symétrie dont fait preuve Wes Anderson dans son cadrage. Du plan large au plan serré, objets de décors, personnages ou paysages : tout passe à ce millimétrage obsessionnel.  On connait sa maniaquerie pour la régularité linéaire, flagrante dans des courts-métrages ou des pubs qu’il a réalisé notamment pour Stella Artois ou  American Express. Ce condensé d’un peu plus de deux minutes en est une preuve supplémentaire, reprenant animations et autres longs-métrages du réalisateur.

Outre son obsession pour la symétrie, Wes Anderson est également très soucieux de la couleur. Le cinéaste compose ses cadres comme de vrais tableaux, ce qui élargit cette préoccupation à la mise en scène en général.

À la manière d’un peintre donc, il dessine ses personnages et leur environnement avec une palette de couleurs afin de mettre en place cette harmonie si plaisante à contempler. Le plus remarquable reste que ce travail méticuleux de l’image n’abâtardit en rien la qualité du récit de ses films. On peut même se prêter à penser que la photographie est perpétuellement en osmose avec l’histoire. Un cinéaste de génie qui manipule à la manière d’un artiste tous les médiums disposés à nous faire voyager à travers son oeuvre.

Quand on s’attarde un peu plus sur le cinéma d’Anderson, on peut constater qu’il appartient à ce cinéma de la rigueur et de la stabilité. Mais il n’est pas à blâmer, plutôt à contempler. Plein d’imagination et de création, Wes Anderson nous promène dans son univers sinueux et pourtant rigoureux. Wes Anderson file droit.

wes anderson centered la video qui montre a quel point wes anderson est obsede par la symetrie 10 Vidéo : Wes Anderson Centered, la vidéo qui montre à quel point Wes Anderson est obsédé par la symétrie